SORTIE LOUPS du 18 novembre 2018

Les Chefs présents: Iguane, Zibeline, Girafon, Rama, Arka

A l’assaut du sentier, enveloppée de rires et d’éclats de voix joyeux, la petite troupe de louveteaux s’approchait de la clairière où je les attendais, munie de mon fidèle appareil photo. Il faut dire que le programme de la journée s’annonçait riche et enthousiasmant. Pour la première fois, la matinée donnerait lieu à une débauche de talents par un concours de land art. Il  me fallait assister à l’évènement, quitte à  braver le plus rude des éléments : le froid glacial de ce matin de novembre.

Les sizaines, disséminées dans la forêt, retrouvaient leurs campements respectifs, débarrassés de leurs tapis de feuilles à grands coups de pieds. Chacun s’installait, posait ses affaires, renouait avec ses camarades. Le planning semblait bien rodé déjà.

A l’appel des chefs, j’assistais, impressionnée par l’attention de nos enfants, aux rituels de la meute : chants enjoués et saluts de rigueur. Le moment était solennel pour certains de nos rejetons qui obtinrent à l’occasion les insignes de leurs statuts respectifs. Couture en vue à la maison ! 

Au-dessus de nous, au-delà des cimes dépouillées des arbres, le soleil avait percé la couche de nuages mais manquait d’ardeur pour réchauffer les petites mains. Le concours lancé, j’admirais immédiatement le courage et l’entrain de nos petits scouts que je retrouvais les mains enfouies dans l’argile. Les idées fusaient, les techniques s’improvisaient, chaque petit louveteau y allait de ses essais plus ou moins couronnés de succès. Les arbres de la forêt devenaient autant de supports à ornementer. Nez crochus, bouches tordues, yeux en feuilles mortes, nos louveteaux s’avéraient des champions de créativité ! 

Feuilles, aux couleurs chamarrées, branchages aux courbes torturées, outils en tous genre pour modeler la matière, les enfants firent fi de tous bois pour se montrer à la hauteur du concours. 

J’assistais, impressionnée, à la naissance d’une galerie de portraits, de mandalas colorés. Preuve à l’appui, on peut se montrer le plus parfait petit aventurier en gardant son âme d’artiste.

A l’approche des résultats du concours, je laissais nos ingénieux louveteaux qui trépignaient d’impatience malgré le froid, enthousiasmés par cette expérience et curieux de découvrir la suite des réjouissances : la journée s’annonçait loin d’avoir épuisé son lot de surprises. J’avais subrepticement repéré dans un coin un énorme taureau de bois noir qui n’allait pas manquer de prendre part aux activités !

 

La curiosité me tenaillait…. mais pas autant que le froid qui eut raison de moi et me renvoya à mon intérieur chauffé

A une prochaine fois (en combinaison ?) !

                                                                                                                                                                                                              Magnifique compte rendu de la journée écrit par Fabienne (Dame de Iguane)

 

petit plus…..

Pour les petits curieux voici quelques moments secrets….

Akela était là pour la remise des foulards et des mieux

    

 

 

 

 

 

 

 

Je me suis régalée de voir tant de bonheur sur le visages des loups et des chefs.

Un grand MERCI

                                                                                                                  Arka